Le courlis cendré

Mise à jour le 

Nom latin : Numenius arquata

Le Courlis cendré est un oiseau facile à reconnaître : perché sur ces grandes pattes gris-bleu, c’est le plus grand des «  limicoles  » européens, affublé d’un long bec courbé caractéristique. Néamoins on ne peut facilement le confondre qu’avec le courlis corlieu.

S’il est observable facilement toute l’année sur la baie, le Courlis cendré n’est pourtant pas un oiseau marin. En effet dès la fin du mois de février, les adultes cherchent un marais, une prairie herbeuse, une lande ou une tourbière pour s’y reproduire. La végétation ne doit pas y être trop haute pour permettre au couple d’avoir une parfaite couverture visuelle de son territoire. En avril, la femelle pond 3 à 5 œufs que les adultes couvent pendant 4 semaines. Les poussins nidifuges, c’est-à-dire qui quittent le nid après l’éclosion, suivent leurs parents à la recherche de nourriture. Durant cette période, les courlis se nourrissent surtout d’insectes, de lombrics, d’araignées et de larves.
Dès la fin du mois de juin, lorsque les jeunes sont élevés, les courlis migrent partiellement et se retrouvent sur le littoral, les estuaires, les vasières et les champs situés à proximité.

Le régime alimentaire du Courlis cendré varie quelque peu ; il se nourrit principalement de vers, de mollusques et de petits crustacés que son bec, très sensible à l’extrémité, permet d’aller chercher profondément. Parfois, pour aller chercher un arénicole, il est capable d’enfoncer sa tête jusqu’aux yeux. Il lui arrive même d’aller rincer sa nourriture dans la filière ou dans une flaque si celle-ci est trop sableuse.

En savoir plus :